PHOTOGRAPHY - FILM - ART DIRECTION 


Selected CLIENTS & PUBLICATIONS

  • Numéro Homme Paris
  • Hunter Fashion
  • Behind The Blinds
  • Sleek
  • Sport & Style L'Equipe
  • Rue Blanche
  • LGN X Agnelle
  • Art Même n°69
  • BIP'16 catalog
  • LeMile 
  • Rain 
  • De Standaard 
  • Miles 
  • Hemispheres 

EXHIBITIONS

  • 2016 Propositions d'artistes - Contretype, Bruxelles
  • 2016 Hunting and Collecting X Behind The Blinds, Young&Mad - Bruxelles
  • 2016 Identity as a TM - Triennale Hasselt
  • 2016 BipIn Biennale de l'Image Possible - Galerie Satellite, Liège 
  • 2016 Exsudat with Jean Jansis & Alexandre Lecompte - Centre Wallon d'Art Contemporain,  Flemalle
  • 2014 BipOff Pixels of Paradise - Galerie Saint-Luc, Liège

ABOUT

  • worked w/ Benoit Bethume, Clémence Cahu, Serge Girardi, Michael Marson, Rachael Rodgers
  • assisted Pierre Debusschere
  • internship with Gregory Derkenne





Le titre de l’exposition de Nagib Chtaïb, « Through Nowhere – Brutal Unfeelingness » pourrait se traduire comme : « par nulle part – insensibilité brutale ». Titre ambigu, énigmatique même, qui ne dit rien qu’une sorte de vide, d’absence ou d’errance intime…
Pourtant, les images de Nagib Chtaïb sont chargées de tensions. Quelque chose tente de s’y frayer un chemin sur lequel il n’est pas simple de mettre des mots : une légère angoisse, le sentiment de quelque chose d’excessif, une histoire qui va jusqu’au bout de ses actes sans pourtant se résoudre, d’autres choses encore qu’il appartiendra à chacun de nommer.

Nagib Chtaïb, révélation de la promotion 2014-2015 à l’Ecole supérieure des arts de Saint-Luc et aujourd’hui photographe de mode, recycle dans son travail personnel la limite

 


 

des codes de la photographie fashion, c-à-d de l’image « pure », de l’image qui assume le plus profondément ses deux dimensions, qui assume le plus intensément sa qualité et sa puissance de surface. Entre sa profession et ses travaux artistiques, la même qualité de regard ; le même savant travail de décadrage troublant ou, au contraire, de centralité éblouissante ; le même sens aigu de la pose ou de l’instant parfait. La seule différence est la liberté que Nagib Chtaïb exploite dans la série proposée, une liberté où s’inscrivent en filigrane la subversion, un parfum de décadence et des échos à l’imagerie gay, le tout offrant des images à la marginalité brillante.

L’artiste écrit sur ce travail : « S’y révèle (…) une enquête sur le magnétisme des énigmes, essence d’une obsession pour l’image. Distribués ça et là, les indices d’un spectacle

 



inévitable, dont le destin infini semble celé par les dispositifs plastiques et narratifs, comme enfermé dans le monde étourdissant des images et des hors champs sans limites, proposent l’expérience d’un malaise visuel qui s’attaque à la logique. Des images qui harcèlent. L’irrévérence et la quête d’identité, thématiques centrales, sont les moteurs des attitudes rebelles, des extravagances, des expérimentations, des troubles et des passions propres aux créatures désaxées représentées. Conséquences dramatiques, spectaculaires, équivoques. Des créatures qui ont le goût du risque. ».

A très grande distance du psychologisme et de l’intériorité silencieuse, les corps et les décors chez Nagib Chtaïb fonctionnent comme des icônes sans passé auxquelles il donnerait vie dans un monde post-moderne, 

 

 


déchu, en proie aux flammes, aux styles et au mouvement. On comprend mieux alors le titre : si l’énergie peut être mortifère, elle est énergie malgré tout, elle passe à travers et ne s’encombre pas des attentes.

-Anne-Françoise Lesuisse, Bip 2016

Using Format